Societes et Institutions

Tendance heathly, les astuces pour adopter une poule

De plus en plus, vous ressentez l’envie d’adopter un mode de vie et un état d’esprit plus « healthy ». Face aux scandales sanitaires, mais aussi face aux substances toxiques contenues dans les produits du quotidien, vous souhaitez vous entourer de produits plus sains. Cosmétiques, vêtements, entretien, déco, jardinage, condition physique … vous avez entrepris de changer petit à petit et pensez de plus en plus à la composition de votre assiette. Motivé(e) par l’envie de réduire l’impact négatif que l’on peut avoir sur l’environnement, de consommer moins et mieux, mais aussi de prendre soin de votre bien-être pour mieux vieillir, une question vous trotte en tête : pourquoi ne pas adopter une poule ? Et pour cause, une poule en bonne santé et bien nourrie vous permettrait d’avoir des œufs frais presque tous les jours, de quoi composer 1001 recettes gourmandes et goûteuses. Voici donc les astuces pour réussir votre adoption. 

Comment choisir une poule ?

Une poule jeune et en bonne santé doit avoir un beau plumage, des pattes lisses et l’œil vif. Sa crête deviendra rougissante en vieillissant. Quelle que soit que la poule ou les poules que vous aurez choisies, ayez à l’esprit qu’il faut compter une dizaine de jours pour que chacune s’habitue à son nouvel environnement et déclencher la première ponte. Si la présence d’un coq n’est pas indispensable pour avoir des œufs, sa présence peut s’avérer utile si vous souhaitez avoir des poussins ou écarter un intrus (le coq se montre plutôt bagarreur, notez qu’il se réveille aux aurores). Parmi les races de poules magalli les plus pondeuses, vous pouvez choisir la Sussex, la Coucou, la Grise cendrée, la Médicis, la Brahma, la Wyandotte ou encore la Noiran entre autres. Dans cette optique de préservation de la biodiversité, vous pouvez aussi opter pour d’autres poules pondeuses, privilégier alors es races traditionnelles et anciennes comme la Souconna, la Gournay, la Gauloise grise, la Houdan ou encore la Gauloise noire notamment. D’autres, outre le fait de pondre des œufs, apporteront aussi cette touche fashion à votre jardin. Plumage duveteux et coloré, huppe en tous genres et plumes aux pattes, la Hollandaise huppée, la Sabelpoot, la Nagasaki, la Padoue, l’Ardennaise, la Barbu d’Uccle ou encore la Brahma Perdrix ne passeront pas inaperçus. Bref, vous avez l’embarras du choix pour trouver votre bonheur.

De quoi se nourrissent les poules ? 

Les gallinacés étant des omnivores, elles se délecteront avec appétit de vos restes de repas et de vos épluchures, une bonne poignée par jour suffit. Ensuite, vous devrez aussi lui donner des aliments complets spécialement conçus pour qu’elle ait un repas équilibré. Les graines vendues par les spécialistes contiennent alors les minéraux, l’énergie, les protéines, les vitamines et autres oligo-éléments nécessaires à son développement, mais aussi à la « fabrication » des œufs. Auxiliaire indispensable de votre jardin, laissez-les y déambuler. Ainsi, elles vous débarrasseront sans effort de votre part des insectes, des limaces, mais aussi des escargots qui l’envahissent. Bien sûr, pensez à mettre à disposition une coupelle adaptée remplie d’eau fraîche. N’hésitez pas ensuite à disposer dans une coupelle des coquilles d’huître cassées au marteau. Toutefois, évitez les épluchures d’oignons, de bananes, de kiwis, d’agrumes, aux restes de repas épicés ou salés, mais aussi au céleri, au pain moisi, aux graines d’orge ou aux pommes de terre crues. 

Quels soins apporter aux poules ? 

Animal domestique sans contraintes et facile à vivre par excellence, vous devrez quand même en prendre soin. Avant de vous lancer, murissez bien cette adoption. Et pour cause, la France est malheureusement championne européenne de l’abandon d’animaux. Prenez l’habitude de les nourrir à heures fixes et passez du temps à vous amuser avec elles également : la poule étant un animal très sociable et affectueux. Si la poule peut vivre aisément dehors, prévoyez quand même un abri afin qu’elle s’y abrite pour pondre, mais aussi se préserve du froid et de la pluie. La poule déteste les coups de chaud, le froid intense et les courants d’air. Si vous optez pour un poulailler clos, prévoyez au minimum 10 mètres carré par poule et procédez au nettoyage de « printemps » deux fois par an, sans oublier de changer régulièrement la litière et la paille des pondoirs. En liberté, préservez vos jeunes pousses et vos plants au potager pour éviter qu’ils ne soient déterrés : la poule adore gratter la terre fraîche des semis et des plants. Pour finir, ne rebouchez pas un nid-de-poule. Elle adore s’y rouler pour se débarrasser des parasites notamment. Si toutes les conditions sont réunies, une poule peut vivre entre 5 à 8 ans sans problème. Pour finir, si la poule peut se débrouiller seule le temps d’un week-end, prenez soin de faire appel à un tiers si vous partez plus longtemps. Le cas échéant, la poule peut se nourrir des œufs qu’elle a pondus pour sa survie. 

Combien d’œufs une poule pond ? 

Comme précisé précédemment, une poule en pleine santé, bien nourrie, choyée, peut pondre presque tous les jours. Mais voilà, la ponte dépend de la race, c’est pourquoi une poule peut pondre entre 150 et 300 œufs dans l’année. Notez qu’il y a deux périodes dans l’année. Entre mars et octobre, les poules pondent en général tous les jours. Au-delà de cette période, la ponte n’est pas quotidienne comme c’est le cas en période de mue hivernale. En marge, en cas de canicule pendant l’été, la ponte peut être ralentie. Quoi qu’il en soit, la taille et le poids de l’œuf diffèrent selon la race. Pour exemple, la Brahma Perdrix pond 150 œufs environ par an de couleur ivoire de taille moyenne alors que la poule Azur pond environ 220 œufs par an et de gros calibres. Si vous observez que la coquille des œufs devient molle à la ponte, votre poule a subi un stress, manque de calcium. Pour finir, sachez qu’adopter 2 poules permet de satisfaire les besoins en œuf d’une famille de 4 personnes. Une bonne alternative car une poule seule à tendance à déprimer.

Related posts

Dans quels cas faire appel à un notaire

Journal

Pièces détachées pour électroménager : un réflexe pour l’avenir

Journal

Indemnisation et infection nosocomiale

sophie

Leave a Comment